Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 14:21

Arnaud Nourry, PDG de la maison d'édition Hachette, a cédé... Mercredi l'accord rejeté jusqu'ici par les éditeurs a été signé entre Google et le premier éditeur français.

 

Daniel Clancy, directeur de Google Books, voit cet accord comme une nouvelle ère dans ses relations avec les éditeurs français.

Le géant peut donc désormais numériser légalement les quelques 50 000 ouvrages anciens non réédités de Hachette. C'est une seconde vie qu'ils offrent ainsi aux chefs-d'oeuvre qui pourront être vendus à nouveau sur Google Books.

 

Il faut dire que Google n'avait pas attendu d'autorisation pour numériser en six ans près de 12 millions d'ouvrages sans l'autorisation des éditeurs. En ce qui concerne Hachette cette démarche  largement dénoncée et critiquée concerne environ 20 000 livres sur une période de cinq ans .

 

Mais alors, que c'est-il passé pour que Arnaud Nourry accepte cette proposition ?

 

Le PDG estime que "c'est le meilleur accord qu'une entreprise de média ait passé avec Google" et il semble croire que ses confrères le suivront bientôt. Ils pourraient selon lui ainsi garantir le respect du droit d'auteur, la non-gratuité des livres numériques et la fixation du prix par l'éditeur.

 

Il ne sera certainement pas rejoint par Hervé de la Martinière, PDG de la maison d'édition La Martinière, qui reste sur sa position. Il attend pour l'été 2011 la décision de justice à l'appel de Google suite au procès qu'il leur intentait en 2009 pour "contrefaçon de droits d'auteurs".

 

Puisque dans tous les cas Google numérise les livres, qu'on le veuille ou non et malgré les procès, autant que ce soit cadré par un contrat ! Mais faut-il répondre favorablement à cette méthode abusive de forcing ?

 

Alain Kouck, dirigeant du second groupe d'édition Editis, y voit un faux sujet.

"Cela concerne les oeuvres indisponibles, alors que le vrai sujet ce sont les oeuvres disponibles numérisées illégalement par Google".

De son côté Antoine Gallimard, PDG de la maison d'édition du même nom et président du SNE (Syndicat National de l'Edition) définit Google comme une machine à Cash !

"Google se sert des livres pour dégager plus de recettes grâce à la publicité".

 

Il seront en tout cas d'accord sur le fait que Google, par cet accord, avoue en quelques sortes qu'il était jusque là hors la loi.

 

Ce qui inquiète Frédérix Mitterand, notre ministre de la culture, c'est que la signature par Hachette de cet accord ne vienne briser l'union que présentaient les éditeurs français face à Google... C'est chose faite.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bienvenue

  • : BookStory.fr
  • BookStory.fr
  • : Boussole éditoriale, nous guidons les rencontres entre les auteurs, leurs lecteurs et les éditeurs. Si vous faites partie de l'une de ces catégories, nous vous invitons à nous rejoindre sur www.bookstory.fr
  • Contact

Nous suivre...

Rejoignez nous sur   logo facebook

 

Rejoignez nous sur   logo Twitter-copie-1

Recherche

Liens