Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 13:09

 

Comment animer un livre papier ?

 

Encore une fois, la culture papier nous dévoile sa puissance. Difficile de se passer de ce bon vieux bouquin, celui que l'on peut trouver dans sa bibliothèque, celui qui sent bon le papier, celui dont on peut tourner de vraies pages...

Le numérique à beau grimper et investir le marché et les foyers, il se trouvera toujours face à un géant qu'il n'est pas près de gommer.

Ca tombe bien, ce n'est pas le but !

 

Alors le bon compromis entre papier et numérique, Carrybook l'a trouvé.

 

Main dans la main avec "Le livre de Poche" d'Hachette,Carrybook propose l'édition d'une nouvelle collection de livres intégrant du contenu multimédia au livre papier.

 

Comment ?

 

Tout simplement avec des codes QR à flasher avec son Smartphone

 

Carrybook QR

 

Le concept est simple (voir Carrybook - Le concept) :

 

Le numérique au cœur du papier, c’est ce que vous propose la collection Carrybook, créée à l’initiative du Livre de Poche.

La collection vous fera redécouvrir les grands classiques du livre policier, sur les traces des détectives bien connus comme Sherlock Holmes ou Hercule Poirot. Mais au fil des pages, vous serez plongé dans une expérience de lecture enrichie, grâce aux QRcodes qui vous donneront accès à des contenus supplémentaires. Une partie de ceux-ci sera créative, illustrant l’histoire et mettant en scène les personnages pour vous immerger dans l’univers visuel et l’ambiance de l’histoire ; mais d’autres vous permettra de mieux comprendre les références de l’histoire, en vous informant sur un événement historique, en situant un lieu sur une carte ou en vous fournissant des photographies de bâtiments évoqués.

Comme tout grand lecteur, vous avez toujours un livre avec vous, dans votre poche ou dans votre sac. Vous ne vous séparez jamais non plus de votre Smartphone. Associez les deux, et vous pourrez profiter de tout le potentiel qu’offrent les livres de la collection Carrybook. Vous conservez le livre au format que vous connaissez, l’objet reste le même, mais ses possibilités sont multipliées. Grâce à votre Smartphone, vous aurez accès aux contenus immédiatement, au cours de votre lecture, et où que vous soyez.

 

Voilà la première innovation de Carrybook. Animer un livre papier !!

 

Lorsque nous lisons un livre "classique" nous devons nous contenter du texte (ce qui est largement suffisant lorsqu'on a un peu d'imagination  ). Lorsque nous lisons un livre animé, du type de Byook ou Moving Tales par exemple, nous sommes automatiquement plongés dans un univers magique et prenant.

L'intégration de codes QR à un livre au format papier a pour avantage de laisser le lecteur décider de visionner l'animation ou pas.

En revanche, sur un livre numérique interactif, si les animations sont imposées elles se glissent naturellement au fil de la lecture et ne déconcentrent pas le lecteur qui se retrouve en immersion totale. En revanche, flasher un QR code nécessite une manipulation répétitive... Peut-elle s'avérer lassante ? A confirmer. 

 

Si je vous parlais d'une première innovation, c'est qu'il y en a une seconde.

Carrybook fait fort ! Le site internet ne se contente pas de présenter la société, le concept, l'équipe ou de vendre les ouvrages au format papier ou numérique.

 

Nous nous occuperons de la production des contenus multimédias par le biais d’appels d’offres élaborés conjointement avec l’auteur et l’éditeur. Ces appels d’offres seront diffusés sur notre plateforme internet.

 

Le site carrybook.fr devient ainsi une plateforme d'affiliation sur laquelle sont proposés des appels d'offre pour les jeunes créateurs

 

Pour enrichir les livres de sa collection, Carrybook fait appel à vous. Pour chaque livre, un certain nombre de contenus créatifs sera nécessaire. Ces contenus peuvent prendre la forme d'Illustrations, Vidéos, Animations ou Musique. Ces contenus sont destinés à agrémenter les livres de la collection, et à insérer le lecteur dans une mise en scène, une situation historique et graphique.

 

C'est donc une opportunité pour les "étudiants, jeunes diplômés, collectifs, indépendants issus du domaine artistique et cherchant une visibilité et une exposition de leurs travaux... Il n'y a à priori pas de restrictions à la participation, seule la qualité du travail est importante."

 

Pour résumer, Carrybook invite les lecteurs qui ne seraient pas naturellement attirés par les nouveaux modes de lecture, et ceux qui sont déjà conquis bien évidemment, à une expérience entre deux mondes : Le papier et le numérique

Bien dans leurs baskets, en plein coeur de la tendance, à l'aise avec leur temps, les 15 compères d'adressent à la fois aux lecteurs clients et aux créateurs partenaires en leur proposant une passerelle vers l'avenir.

Un trés beau projet !

 

Peut-être avez-vous déjà eu l'occasion de tester une lecture Carrybook ? N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

 

Repost 0
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 16:23

Il était temps pour BookStory de faire un petit point sur les tendances générales du secteur du livre. Voilà une synthèse des mouvements de ces deux dernières années, proposée par le CNL au mois de mars.

 

Nous sommes justement ces jours-ci en train d'évaluer notre plan d'action et d'estimer sa pertinence (nous serons fixés d'ici quelques jours d'ailleurs...) et ces informations nous confortent grandement. Nous voilà confiant, nous visons juste

 

En 2010, 67 278 titres ont été produits dont 63 052 ont été commercialisés (en 2009 > 66 595/63 690). Nous produisons donc plus, pour en vendre moins...

Selon les panels GFK et Ipsos, les ventes qui avaient fait un léger bon en avant en 2009 retombent de nouveau en 2010, toujours un peu plus en volume qu'en valeur puisque le prix du livre croît de 1.2% toutes catégories confondues.

 

Est-ce la partie des dépenses des Français pour la culture et les loisirs qui continue de diminuer en règle générale (pour la partie Presse, livres et papeterie, baisse constante de 20.2% en 1990 à 13.6% en 2008), et qui impacte particulièrement le secteur du livre, ou est-ce tout simplement une perte d'intérêt pour la lecture ?

 

Nous restons pourtant relativement proche des pratiques d'achat de livre de 2008 en 2009. 52.2% des Français ont acheté au moins un livre en 2009 (contre 52.4% en 2008) et 70% des Français de 15 ans et plus ont lus au moins un livre en 2008 (17% ont lu 20 livres et plus). Voici le détail :

 

 

Pratiques d'achat de livre en 2009

 

Pratiques d'achat de livre en 2008 

Les librairies restent le point de rendez-vous essentiel des lecteurs en réalisant 24.7% des ventes en valeur, suivis de très prés par les grandes surfaces culturelles spécialisées (22.1%) et non spécialisées (20.7%). Si la vente par correspondance et les clubs (14.3%) restent devant les ventes par internet (10%) ils doivent certainement commencer à redouter l'arrivée du numérique (et de BookStory  ).

 

Ce sont les romans que ces derniers vendent essentiellement (24% des exemplaires vendus) suivi de la jeunesse (21%) et de la catégorie "Loisirs, vie pratique, tourisme, régionalisme" (12%). Et nous pouvons d'ailleurs retrouver le reflet de ce classement dans le TOP30 des livres les plus vendus :

 

 

 

Titre

Auteur

Editeur

Ex. Vendus

Date de parution

1

Je ne sais pas maigrir

Pierre Dukan

J’ai lu

591 500

Mars2010

2

Indignez-vous !

Stéphane Hessel

Indigène

540 200

oct 2010

3

Les recettes Dukan : mon régime en 350 recettes

Pierre Dukan

J’ai lu

426 100

sept 2008

4

La méthode Dukan illustrée

Pierre Dukan

Flammarion

414 200

avr 2009

5

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi

Katherine Pancol

Albin Michel

389 400

avr 2010

6

Métronome

Lorànt Deutsch

Michel Lafon

377 800

sept 2009

7

La consolante

Anna Gavalda

J’ai lu

371 700

mai 2010

8

La carte et le territoire

Michel Houellebecq

Flammarion

360 900

sept 2010

9

Sans un mot

Harlan Coben

Pocket

322 900

mars 2010

10

L’homme qui voulait être heureux

Laurent Gounelle

Pocket

311 200

avr 2010

11

La fille de papier

Guillaume Musso

XO

296 600

avr 2010

12

Le premier jour

Marc Levy

Pocket

296 300

mai 2010

13

Que serais-je sans toi ?

Guillaume Musso

Pocket

296 200

avr 2010

14

Les yeux jaunes des crocodiles

Katherine Pancol

LGF

294 100

juin 2007

15

La valse lente des tortues

Katherine Pancol

LGF

280 000

juin 2009

16

Le voleur d’ombres

Marc Levy

Robert Laffont

268 600

juin 2010

17

Elle s’appelait Sarah

Tatiana de Rosnay

LGF

254 600

sept 2010

18

Le mec de la tombe d’à côté

Katarina Mazetti

Actes Sud

243 200

avr 2009

19

Quitter le monde

Douglas Kennedy

Pocket

237 000

juin 2010

20

Boomerang

Tatiana de Rosnay

LGF

235 500

avr 2010

21

L’attrape-coeurs

J.D. Salinger

Pocket

228 900

mai 2002

22

Joe Bar Team 7

Stéphane Deteindre

Vents d’ouest

226 300

sept 2010

23

La porte d'Orphée (Blake et Mortimer 20)

Jean Van Hamme

Blake et Mortimer

226 000

nov 2010

24

Les 100 aliments Dukan à volonté

Pierre Dukan

J’ai lu

224 600

avr 2010

25

Les déferlantes

Claudie Gallay

J’ai lu

212 500

juin 2010

26

Tout est sous contrôle

Hugh Laurie

Points

203 400

mai 2010

27

Mer noire (Largo Winch 17)

Jean Van Hamme

Dupuis

202 000

nov 2010

28

Le quai de Ouistreham

Florence Aubenas

Ed. de l’Olivier

199 900

févr 2010

29

C’est une chose étrange à la fin que le monde

Jean d’Ormesson

Robert Laffont

197 400

août 2010

30

Mange, prie, aime

Elizabeth Gilbert

LGF

196 900

mai 2009

 

Les dix premiers de ce classement représentent 1.7% du CA réalisé sur le secteur selon le panel GFK. Plus de 50% de celui-ci est réalisé par les 10 000 titres les plus vendus (sur 677 903 références !)

 

En ce qui concerne les éditeurs, s'ils voient la part de leur CA (4.45% des 126 M€ HT de CA) représentée par la cession de droit baisser de 3.1%, ils peuvent se rassurer par une stabilisation (+0.1%) des ventes de livre.

Ce qui est encourageant pour le numérique et qui vient marquer une place de plus en plus importante, c'est que dans le rapport sur l'économie du livre du CNL on peut voir apparaitre une nouvelle petite rubrique : LES VENTES DE LIVRES NUMERIQUES DES EDITEURS

 

C'est ainsi que nous apprenons que 1.8% du CA réalisé par les ventes de livre des éditeurs en 2009, soit 49 M€ HT, ont été assurés par le numérique. Deux types d'ouvrages sont identifiés. Les ouvrages sur support Physique (35.9 M€ HT) et les ouvrages en téléchargement (13.1 M€ HT).

 

Je dois avouer que je suis assez impatient de voir les chiffres des ventes 2010 en numérique !! combien... X2 ?

 

Les auteurs quant à eux voient la courbe ascendante de leurs droits se casser entre 2008 et 2009 en passant de +4% à -0.9% .

La question aujourd'hui est de savoir si leurs revendications au sujet de leurs droits sur le livre numérique seront prises en compte... Affaire à suivre !

 

Voilà pour ce petit tour d'horizon. Je vous invite à retrouver l'ensemble de cette étude ICI POUR 2009-2010 et ICI POUR 2008/2009.

 

L'équipe de BookStory se joint à moi pour vous souhaiter un trés bon week-end !!

 

Repost 0
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 14:11

Vous avez déjà pu découvrir l'éditeur Point 2 dans l'article du 15 Avril 2011, mais il fallait que je vous fasse partager cette petite vidéo de SoBookOnline... surtout pour le petit commentaire de conclusion

 

Enjoy :

 

Repost 0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 22:55

Les bambins et les tablettes tactiles... c'était une évidence !!

 

Aujourd'hui, les collégiens français peuvent disposer d'ordinateurs portables mis à disposition par le conseil général. Et bien aux Etats-Unis ce sont les tablettes qui se font une place entre les mains des enfants, dans le cadre pédagogique.

 

Brainchild (au nom parlant) est le fabricant de la Tablette Andoid nommée "Kineo" spécialement créée à l'attention des élèves.

Alors que l'Ipad a déjà fait une première approche des lycées et universités aux Etats-Unis, 5000 exemplaires du Kineo ont été distribués dans les écoles de dix états (Caroline du Nord, Arkansas, Mississipi 'c'est Tom Sawyer qui va être content', Georgie, Floride, Texas...).

 

Dotée d'un écran de 7 Pouces et d'un Andoid 2.1 revisité, l'ardoise propose une pré-sélection d'application propriétaires divertissantes, mais surtout éducatives. Du logiciel d'apprentissage, à la récupération à distance des travaux des élèves, en passant par le lecteur d'Ebook, le Kineo a pour objectif de familiariser les enfants aux outils que mettent à disposition les nouvelles technologies.

Certaines fonctionnalités restent inaccessibles pour les élèves comme la réception de courriers électroniques ou encore l'accès aux sites internet non sélectionnés par les professeurs eux-mêmes... autant vous dire que le choix doit être limité.

 

Les adeptes du cahier et du bon vieux crayon, attachés à la culture papier qui reste très forte (en tout cas en France) regretterons de constater la vitesse à laquelle vont les choses. Mais le numérique fait son chemin et il ne m'etonnerait pas que le nombre de ventes de Readers et de Ebook progresse plus rapidement que prévu.

 

Si nous habituons nos enfants à lire au format numérique, le livre traditionnel à effectivement bien du soucis à se faire. D'un autre côté les nouveaux formats offrent tellement de possibilités qu'il serait dommage de s'en priver.

 

Il me semble que l'heure du tout numérique, si elle est plus proche que ce que nous pourrions l'imaginer, n'a pas encore sonné et que nous garderons pour quelques années nos vieilles étagères. Ceci-dit, rien ne nous empêche d'avoir une jolie bibliothèque et un Reader bien rempli... c'est en tout cas dans cette direction que se tournent mes choix.

 

Et vous ?

 

 

Repost 0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 22:39

Bonjour à tous !!

 

Après cette petite absence inhabituelle, due à cette période professionnellement dynamique (et qui entraine du coup un travail fou), voilà un petit billet pour vous dire que : c'est loin d'être terminé.

 

Les semaines qui arrivent... que dis-je, les mois, les années qui arrivent, nous promettent de belles heures de travail... pour notre plus grand plaisir.

En effet, nous allons travailler en étroite collaboration avec une agence en stratégie d'entreprise et marketing, jusqu'à fin juin, avant de lancer (enfin !) le développement de la première version (Beta) du site internet qui, nous espérons sans retard, devrait être en ligne en septembre.

 

Nous avons donc ces quelques semaines pour peaufiner notre cahier des charges, corriger la maquette et valider toutes les fonctionnalités de la plate-forme dont la version définitive grand public devrait voir le jour d'ici la fin de l'année.

 

Nous sommes impatients de rencontrer les éditeurs, les auteurs, les lecteurs, les membres du comité de lecture avec lesquels nous partagerons notre aventure, pour enfin vous présenter BookStory.

 

Pour les nouveaux arrivants : l'objectif de notre entreprise est de donner l'opportunité aux triangle éditorial, composé des auteurs, des éditeurs et de lecteurs, de se rencontrer, d'échanger et de se découvrir sur notre site internet.

 

Encore une fois je suis au regret de devoir tenir ma langue pour nous pas vous en dévoiler davantage, pas tant que notre modèle n'est pas arrêté. Mais cela ne saurait tarder !! ^^

 

Pour l'heure nous continuons à vous faire part de nos découvertes, nos réflexions, nos intérrogations sur le livre et le numérique ici-même, sur notre blog.

 

[...]

Repost 0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 21:43

[...]

 

Chapter 1D'ailleurs, voilà une question que me trotte dans la tête depuis longtemps : Comment un auteur organise-t-il l'écriture de son ouvrage ?

 

Partons du cas d'un auteur de roman, peu importe le thème. L'histoire qu'il raconte fait généralement intervenir de nombreux personnages, qui se croisent et se recroisent, de nombreux lieux, voire même plusieurs histoires parallèles qui se rejoignent finalement, qui s'entrecoupent, qui se fondent habillement dans la même soupe.

 

Mais comment l'auteur fait-il pour ne pas se perdre dans son scénario ? (Et en parlant de scénario, la question est la même pour les scénaristes)

 

J'aime imaginer l'écrivain devant son bureau, face à son ordinateur, des notes et brouillons manuscrits par milliers, un tableau blanc fixé au mur schématisant les liens entre les différents personnages dont il retranscrit les profils sur des fiches, les parcours sur une carte... à l'image d'enquêteurs policier retraçant le parcours d'un suspect

 

Finalement, deux auteurs peuvent-ils avoir la même démarche d'écriture, le même process ? C'est peu probable.

 

Certains se laissent-ils peut-être simplement porter par leur plume, imaginant au fur et à mesure les péripéties de leurs personnages, se faisant eux-mêmes surprendre par leur imagination.

D'autres, au contraire, imaginent-ils leur scénario en amont, avec un début et une fin, les grandes lignes, les étapes essentielles, pour développer ensuite l'histoire selon cette ligne directrice.

 

J'aimerais beaucoup avoir les commentaires des auteurs sur ce point.

 

Les différents recherches que j'ai pu faire sur le net n'ont pas donné grand résultat et il faut dire que j'ai peu confiance en la fiabilité des messages sur les forums. Les postes ne répondent d'ailleurs que peu souvent à la question originale : Comment écrire ?

 

Alors si vous êtes Auteur, ou que vous connaissez un auteur qui pourrait nous faire part de son point de vue, n'hésitez pas !!  (gf@bookstory.fr ou directement sur un commentaire)

 

Merci à tous, à très vite.

Repost 0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 15:52

DN ESTC 2011Aujourd'hui en train de courir dans les rues marseillaises, paré de T-shirts oranges fluos, de ballons gonflés à l'hélium et d'une liste de missions que je n'ai pas vu mais que je suppose délirante, les élèves de l'ESTC nous ont présenté hier leurs travaux sur la stratégie, l'offre, la commercialisation... qu'ils ont imaginé pour BookStory.

 

Dix équipes, donc 10 heures d'oraux épuisants, mais absolument passionnants... 

 

Trois dossiers sortent finalement du lot avec des idées clairement innovantes et un travail particulièrement pertinent, mais l'ensemble des élèves présents ont fait part d'un professionnalisme et d'un sérieux bluffants !

 

Nous étions, Stéphanie Peyre, intervenante/enseignante en stratégie et marketing à l'ESTC, et moi-même, accompagnés de deux professionnels bien familiers des créations innovantes et originales :

- Jean-Pierre Brocart, Directeur de l'incubateur du pôle média de la belle de Mai à Marseille - pour le matin

- Jean-Marie Nazarenko, Consultant en Web-marketing, stratège d'entreprise (Le Poisson Pilote) et Editeur, intervenant à l'incubateur de la Belle de Mai - pour l'après-midi

 

Si quelques équipes ont eu des difficultés à s'imprégner de la culture, des problématiques et des différentes opportunités auxquelles sont confrontés les acteurs du marché du livre et du numérique - ce qui reste compréhensible en seulement trois semaines de travail - certaines nous ont absolument ravi d'une analyse indubitablement cohérente et affutée.

 

Au-delà de ces quelques brasses dans le bain de l'édition, le sprint final fût totalement différent d'une équipe à l'autre. Si certaines ont su assurer leur présentation (bravo) malgré une gestion visiblement lourde et difficile du projet et de l'organisation du travail, d'autres ont su garder des réserves pour un crawl dynamique et entrainant...

 

Alors tout simplement, ce petit billet pour remercier les élèves pour leur travail et leur professionnalisme, l'équipe de l'ESTC pour leur aide et leur organisation, sans oublier les membres du jury qui ont non seulement accordé à BookStory une partie de leur temps précieux, mais qui ont fait profiter au projet de leur regard professionnel et acéré.

 

Nous analyserons dans les jours qui viennent, avec Jean-Marie Nazarenko, les idées qui nous ont semblées les plus adaptées, les plus innovantes...

Peut-être certains de leurs créateurs seront-ils partants pour rejoindre l'aventure BookStory d'ici peu ?

 

Bravo et merci à tous !  

 

ESTC 2

 

 

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 15:16

Voilà une petit vidéo pour bien commencer le week-end ^^... J'adore !!

 

Bon il y a un peu (je suis désolé je ne trouve pas d'autres mots  ) de "Foutage de gueule" ciblé directement vers les Ebooks & tablettes, mais il faut avouer que c'est pas mal pensé :

 

 

 

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 18:37

Agent d'auteur 2Les agents d'auteurs ont du mal à se faire une place en France, ils sont d'ailleurs très peu en activité. Et pourtant, ce rôle associé à une image de "vilain petit canard" en France ne connait pas les mêmes difficultés chez nos voisins.

 

Alors, rejoindrons-nous le mode de fonctionnement anglais, suédois, mexicain ou russe ?

 

L'agent littéraire a pour rôle d'accompagner un auteur dans sa relation avec les éditeurs.

Dans le modèle d'organisation, il commence par sélectionner les manuscrits qu'il juge les plus prometteurs pour leur proposer un petit relooking en retravaillant leur texte, de le perfectionner. C'est la raison pour laquelle il est ^référable qu'un agent connaisse parfaitement l'édition, voire soit un éditeur reconverti. 

Une fois le manuscrit finalisé, l'agent d'auteur entreprend une démarche commerciale vers des éditeurs ciblés - qu'il connait le plus souvent puisque comme eux il se spécialise - pour défendre l'oeuvre qu'il porte et valoriser le travail de son auteur.

Le plus souvent "bons vendeurs", évidemment passionnés et confiants dans le livre qu'ils ont choisi, l'objectif est de négocier au mieux le contrat d'édition avec les éditeurs en déjouant les pièges des plus malins. Les astuces, ils les connaissent sur le bout des doigts, tel un poisson connait chaque recoin de son aquarium !! ... tout comme le chat d'ailleurs

Pour la suite, s'ils assurent leur travail jusqu'au bout, il s'agit de guider l'auteur au fil de son évolution et de gérer la promotion en veillant aux mouvements des tendances & du marché...

 

Malheureusement, au-delà de l'accueil pitoyable de cette activité en France, il semble difficile d'en vivre d'un point de vue financier. Voilà ce qu'en pense Athur Ténor, auteur jeunesse et intervenant sur un Forum :

 

Un album qui rapporterait 5 % de 12 euros (brut hors taxe), soit 0, 60 euros. On dira 10 000 ventes dans l'année (gros succès), soit 6 000 euros avant retenues Agessa. Soit 600 euros pour l'agent, par 30 clients, cela donne 1 500 euros bruts pour l'agent de revenus mensuels, moins son URSSAF, il gagnerait 1 000 euros par mois (et je n'ai pas compté ses frais de fonctionnement. On dira qu'il se déplace à pied). Pardonne-moi, mais j'y crois pas. Quand on est auteur (et forcément un peu au courant des réalités du monde de l'édition), on sait que ce n'est pas parce que nous sommes de doux artistes qu'on ne se précipite pas chez les agents. Mais bien pour les raisons évoquées ci-dessus et parce qu'un agent qui réussirait à " lever " 9 000 euros pour placer un album, c'est dans l'Imaginaire qu'on les trouve. Cela dit, si tu me donnes les coordonnées d'un agent capable de tels exploits, je jure de l'appeler pour lui proposer mes textes.

 

J'apprendrai dans ce même forum que les auteurs sont généralement du même avis que Arthur et ne sont pas contre l'idée de confier leur travail à un agent, en dégageant ainsi du temps pour écrire. Ils ont cependant peur de deux choses :

1 - De tomber sur un agent fainéant :  Dans le cas ou l'agent ne remplit pas ses fonctions c'est un temps de prospection précieux qu'il fait perdre à l'auteur. L'investissement financier n'entre heureusement pas eu jeu puisqu'un agent se rémunère sur un contrat.

2 - D'être tout bonnement catalogué par les éditeurs : un "suicide professionnel"

 

Et oui, c'est à ce point là !!

Les éditeurs ont une perception tout à fait négative, voire aversive, pour ces "parasites" qu'ils n'admettent pas dans le secteur. Ils les considèrent comme étrangers à leurs maisons.

Cette hostilité serait-elle due à une remise en cause du rôle de "découvreur de talents" qui fait la passion et la fierté des éditeurs ? 

Mais les agents d'auteurs ne pourraient-ils simplement pas être reconnus comme "récupérateurs" de talents... !?

 

Une chose est sûre, c'est que les agents deviennent bien utiles lorsqu'il s'agit de négocier les rachats de droit inter-pays. Ainsi, un auteur français pourra faire appel à un agent anglais s'il souhaite vendre les droits d'exploitation de ses textes à un éditeur anglais (Ce qui arrive rarement puisque le taux de traduction, dans ce sens, est dérisoire)

 

Le métier d'agent restera-t-il donc derrière le grillage dressé par les éditeurs autour de leurs maisons ?

 

Ce statut parait pourtant pertinent dans certains cas...

 

Mais il serait intéressant d'avoir directement les points de vue des éditeurs, des auteurs et des agents eux-mêmes sur la question... à bon entendeurs !

Repost 0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 18:49

Sans commentaire... à voir

 

 

Repost 0

Bienvenue

  • : BookStory.fr
  • BookStory.fr
  • : Boussole éditoriale, nous guidons les rencontres entre les auteurs, leurs lecteurs et les éditeurs. Si vous faites partie de l'une de ces catégories, nous vous invitons à nous rejoindre sur www.bookstory.fr
  • Contact

Nous suivre...

Rejoignez nous sur   logo facebook

 

Rejoignez nous sur   logo Twitter-copie-1

Recherche

Liens