Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 09:45

*même pour vous, peuple de l’Amazon !

Ce post s’adresse aux précurseurs, aux avant-gardistes, aux trend-setters, à ceux qui sont victimes de leur envie d’innovations, autrement dit, aux propriétaires de Kindle.

Aux prémisces du numérique, je me souviens d’une soirée adhérents d’un grand distributeur spécialisé, où trônait fièrement sur un piédestal occasionnel, une bibliothèque. Elle avait plutôt l’air d’un livre cette bibliothèque. Un livre métallique, que l’on pouvait ouvrir comme ceux en papier. Pour faire comme les vrais. Pour faire comme les grands. Du haut de son innovation, elle avait l’air ancestral, sans vraiment savoir s’il fallait passer le pas de l’innovation en se coupant du monde présent, ou s’il fallait rester indécis, pris dans le pire des deux mondes.

Quelques années plus tard, un grand distributeur aussi répandu que son homonyme fluvial et magistral, vous a donné le sourire en vous livrant en quelques clics, ce qui allait devenir les premiers pavés d’une (r)évolution numérique. Le changement, c’était maintenant; le numérique allait devenir un mode de lecture normal. Et comme certains croquent dans la pomme avant d’en vérifier la présence d’un ver, trop contents de pouvoir emporter partout sa collection d’incontournables, on s’est précipités, on a acheté ce qu’on croyait être des bijoux d’innovation.

Et encore une fois, on s’est réveillé, coincés, incapables d’en profiter pleinement.

Et nous, chez Bookstory, on en a marre de devoir s’excuser d’être en avance sur son temps. On a envie de vous donner accès, à vous, précurseurs piégés, on a envie de vous donner accès à ce monde dont vous rêviez.
Alors voilà, depuis ce matin, vous avez désormais accès à un format spécial Kindle : le mobipocket. Vous pouvez désormais télécharger directement le manuscrit de votre choix, sans aucune conversion ni manipulation supplémentaire. Les manuscrits Bookstory se déclinent désormais sur votre liseuse, tablette, smartphone et ordinateur, qu’ils soient Amazon, Fnac, Apple ou autre.

On ne vous jugera pas, quelles que soient vos orientations textuelles. On est pour la Culture, la Culture pour tous !


Nous serons d'ailleurs présents le 18 avril prochain au Pavillon M, dans le cadre de Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013. 'Le Numérique se donne en spectacle', et nous avec !

Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 09:27

ipadTREE.jpg

 

Je n’ai pas d’enfants mais je sais qu’ils commencent désormais à apprendre l’alphabet différemment. Au lieu de commencer comme celui que l’on a appris, le leur commence en A-Z-E-R-T-Y...

Terrifiant.

Comme l’écriture texto a pu l’être.
Etrangement, les claviers azerty, devenus communs sur nos téléphones portables ont une tendance à nous rappeler à l’ordre. 

Comme si intuitivement, nos doigts nous guidaient vers une écriture correctement orthographiée, évitant aux mots de se faire écorcher, retrouvant leurs lettres. Mais qui aurait pu croire que si l’écriture retrouvait sa noblesse, la lecture alors perdrait son abc ? 
Comment un simple clavier, lui même orthographié selon un algorithme et une ergonomie amenés par la sémantique, est-il devenu un fervent adversaire ?

Joli pied de nez.

L’autre soir, sur une chaîne nationale de télévision, une sitcom mettait en scène 2 trentenaires. La jeune femme voulait se faire passer pour une nénette de 20 ans. Son ami, moqueur, la défie. 
Et en effet, elle finit par se faire piéger : elle utilise un dictionnaire, au lieu de wikipédia.

Infaillible.

Alors oui, d’une génération sur l’autre, on sait que les choses évoluent, parfois plus vite, parfois moins, selon les époques traversées. Cette évolution peut être bien accueillie, cela dépend aussi de chacun, de la place qu’on laisse à l’autre, de la maîtrise que l’on veut bien céder...

L’évolution n’est pas un mal. Elle fait peur. Comme bien souvent ce que l’on ne connaît pas.
Mais comme tout ce que l’on ne connaît pas, ne faut-il pas en être curieux et savoir l’appréhender afin d'en tirer le meilleur ?
Et pour vous convaincre ou au moins vous connaître, nous serons présents au Salon du Livre de Paris du 22 au 25 mars prochain, Stand F18.
On s'y rejoint ?
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 20:57

J-14 les enfants !!


Je dis “les enfants” parce que nous redevenons tous un peu gamins quand arrive cette période de l'année, le temps de la lettre au Père Noël. D’ailleurs, on en serait presque à se demander si, après le GPS qui était le cadeau préféré des français il y a peu, notre cher barbu au bonnet rouge n’allait pas s’équiper cette année d’une tablette avec d’un côté son itinéraire Google Map et de l’autre la liste de chaque bambin du monde entier... je surveillerai le 24 au soir, et je vous dirai ! ;)

Bookstory_PereNoelConnecte.jpg


Pour l’instant, ce qui est sûr, c’est que le numérique est au centre de l’attention et que les prévisions de vente de liseuses vont bon train(eau), ce qui conforte les tendances du marché du livre numérique, qui a été marqué cette année par une croissance de 80%.
Les ordinateurs sont encore les plus utilisés pour lire en numérique, mais, avec une offre de tablettes qui ne cesse d’évoluer et les nouvelles gammes de liseuses, désormais mini ou rétro-éclairées, on ne serait pas surpris de voir ces dernières gagner de plus en plus de terrain dans nos coeurs. D’ailleurs, les ventes qui étaient encore en 2010 de 27 000 unités ont bondies à 145 000 en 2011 et arrivent à 300 000 en 2012

Tout ça pour vous dire que si vous cherchez le cadeau tendance à mettre au pied du sapin, il est sous vos yeux.
Pour votre moitié(e), l’un de vos parents (puisque les séniors s’y mettent aussi), mais aussi pour vos enfants ! Et oui, Actualitté nous dévoilait dernièrement que les enfants voulaient des Kindle pour Noël !
Ils détrônent aux États-Unis n’importe quelle autre tablette et promet en France aussi un drôle de succès. Il est révolu le temps ou pour lire en numérique il fallait acheter en dollars un Kindle qui ne parlait même pas français.
Et plus que ça, j’ai testé dernièrement dans un grand magasin spécialisé (je vous laisse deviner lequel) la Kobo Arc, et bien elle est vachement bien fichue !!

Bookstory_KoboArc.jpg


Alors bien-sûr il fallait parler du support, la liseuse ou la tablette, mais parlons aussi un peu du contenu.
Particulièrement les plus jeunes, la cible visée par tous les acteurs numériques, seront ravis de découvrir les applications les plus ludiques et les plus animés. IDBOOX nous présentait il y a quelques jours l’application de Léon le pompier de Fleurus un livre numérique qui ne manquera pas de fasciner vos chères têtes blondes.

[Pour voir la vidéo] >> http://www.idboox.com/ebook/actu-ebook/un-ebook-pour-devenir-pompier-avec-leon/

Sans oublier bien entendu la désormais très populaire souris qui raconte, “Depuis plusieurs années, elle roule sa bosse dans le métier” comme le dit si bien Elizabeth Sutton. Après avoir profité d’un ramdam efficace ces derniers jours, et plus particulièrement avec le Salon du Livre Jeunesse de Montreuil, elle propose un catalogue complet, interactif et, d’un avis personnel, particulièrement beau, pour les fêtes de fin d’année !

Pour les -un peu- plus grands, ils vont être gâtés par Byook qui présentait lui aussi sur le Salon de Montreuil son application Tara Duncan. Voilà environ 2 ans maintenant que nous les suivons et ils arrivent toujours à nous surprendre par la qualité de leur travail.
Si cette toute dernière appli s’adresse plus spécifiquement aux enfants, je vous prie de croire que j’ai perdu quelques années en la découvrant ! Et ce n’est pas tout. Il ne faut pas oublier ce très cher Sherlock Holmes qui a fait leur succès et qui garde tout son charme.

 

 

 


 

 


Pour vous dire, même la BNF se met à parler aux enfants et met «la lecture dans tous ses états» ! La souris qui raconte est d’ailleurs, aux côtés de Gallimard jeunesse, de la partie. Nous attendons avec impatience le début d’année 2013 pour voir les nouveautés de ces deux derniers au labo qui ouvre d’ores et déjà ses portes à tous ! N'hésitez pas à y faire un tour pour passer derrière le rideau de la scène du livre numérique. Vous pourrez y découvrir et faire découvrir à vos enfants ce nouveau mode de lecture et en apprécier l’interactivité avec les nouvelles technologies (Tablette, Kinect, Cybook...). 

Demain, mercredi 12 décembre et la semaine prochaine, le 19 décembre, vous pourrez offrir un moment enchanteur au 2 - 10 ans avec la lecture publique et gratuite de 2 contes.

(sources : http://labo.bnf.fr/html/accueil.htm et http://www.idboox.com/ebook/infos-ebooks/ebooks-le-labo-bnf-prend-un-coup-de-jeune/)

Pour les cadeaux de dernières minutes, Actualitté nous propose quelques livres, toujours appréciés et facile à trouver. En partant de Harlan Coben, qui reste une valeur sure, jusqu’au complètement cramé (on les a lus, on peut vous le garantir) Gilles Legardinier, même les sites d’information les plus populaires mettent donc la main à la patte pour ne pas vous laisser démunis quand viendra le 24 décembre et que vous aurez oublié belle maman !

On reste encore un peu dans le livre, enrichi, avec le catalogue de 292 contents que nous avons eu l’occasion de rencontrer au Salon du Livre l’année dernière, et qui fait appel à des rédacteurs, illustrateurs, musiciens... pour publier ses Newbooks ! Ne vous fiez pas à la vidéo, ils sont bel et bien français et proposent une lecture parsemée de liens interactifs, animés... pour entrer dans l’univers de l’histoire : que du bonheur ! Le mieux est de vous laisser guider :
http://www.292contents.com/

Voilà un joli tour d’horizon, même si loin d’être exhaustif, de ce que vous pourrez offrir et découvrir pour Noël.

Mais si c’était tout... et bien non !
Il y a autre chose dont je voulais vous parler, et pas des moindres puisque nous en voyons de plus en plus. Je ne sais pas vraiment si nous pouvons classer ces éditeurs dans la catégorie “livre”. Peut-être plutôt dans la catégorie “jeux”. Peu importe, voici deux exemples d’applications assez fabuleuses.

Commençons par les plus petits, qui pourront s’amuser avec Pango, un petit raton laveur dont ils pourront apprécier la compagnie dans trois livres numériques interactifs.
“le petit lecteur, souffle, gratte, pique, frotte l’écran pour faire avancer l’histoire. C’est rigolo et interactif à souhait. On ne s’ennuie pas une seconde !” confie IDBOOX dans son article
> http://www.idboox.com/ebook/actu-ebook/pango-des-livres-numeriques-interactifs-pour-les-petits/

 


 

 


Et pour finir, les jeux absolument sensationnels des éditions volumiques. Ça se passe de commentaires, il faut absolument le voir et c’est par là > http://volumique.com/v2/

Tout ça pour vous dire que cette année, vous ne manquerez pas d’idées pour les cadeaux de Noël et qui sait, si ça continue comme ça, nous pourrons vous proposer à la veille des fêtes de Noël 2013 un voyage bien plus long dans le monde du numérique !

Amusez-vous bien ;)

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 11:08

Je crois que ce qui me manque le plus dans l’utilisation de la liseuse, c’est de ne pas voir mon avancée dans l’histoire... physiquement.


Je n’ai plus le poids des pages qui s’équilibre en arrivant à la moitié de l’ouvrage, ni cette descente de grand huit quand je commence à entamer la deuxième moitié, où tout s’accélère et que j’ai une hâte aussi forte qu’une certaine réticence à arriver à la fin de l’histoire. 


Oui, c’est vrai, on peut savoir où on en est : deux petits chiffres accompagnés d’un pourcentage et de ce doux mot : “Lu”. Et bizarrement je garde cette image en tête. Ce poids. Ce poids des pages, des mots, de ses aventures qui me touchent. Et je crois que c’est ce qui me plaît le plus dans l’aventure Bookstory : savoir que le manuscrit que j’ai entre les mains va se transformer en un très beau livre papier, que je pourrais relire et revivre ces aventures, retourner faire du grand huit, encore et encore.


booknook

Je ne sais pas si c’est quelque chose que j’ai développé en m’attaquant à des livres plutôt épais, le genre de livre qui assome mon coloc rien que par leur épaisseur. Etrange de sa part cela dit, quand on considère qu’il peut se manger une quantité toute aussi grande de pages, mais à la seule condition qu’il s’agisse d’un livre qu’il le fasse évoluer et grandir dans le milieu professionnel.

Ou si j’ai toujours eu une affinité particulière avec les parcs d’attraction qui me pousse à aimer les livres plus que les BDs, mais je ne comprends pas les personnes converties à 200% au numérique, comme celles qui y sont allergiques.

La liseuse, je m’y suis mise pour les besoins de mon travail, mais je m’en sers tous les jours. J’aime bouger et j’aime lire. Et comme un plat bien assaisonné, la liseuse est la combinaison parfaite. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir chez moi 2 belles bibliothèques remplies, vous savez comme ces coins cosy qui fleurissent de plus en plus sur le web.

D’ailleurs, ça vous dirait de nous faire partager vos petits coins fétiches ?
On se retrouve sur facebook ?

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 16:09

Nous tenions à réagir à cet article sympathique de Bisonteint

 

Il nous arrive bien trop peu souvent de partager des livres papiers nous autre, dans le sud de la France, contrairement à "cette personne" à Besançon. Nous avons même à Marseille une Girafe qui a élu domicile sur la Canebière, et qui accueille en son ventre les livres que des lecteurs souhaitent partager… autant vous dire que Zarafa (c’est son nom), crie famine !! Et pire que ça, voilà l’accueil qu’elle a reçu :

 

01zarafa.png

 

Née de papier, je vous prie de croire qu’elle n’a pas fait long feu… (Désolé, je me suis senti obligé)

Telle un phénix, elle a réussi à renaitre de ses cendres, avec un bébé, plus solides cette fois-ci, prêtes à affronter les attaques et toujours sur leurs pattes… enfin, jusqu’à maintenant. Advienne que pourra !

 

02zarafa.jpg


Ce qui est dommage, comme le dis si bien l’article, c’est que nous en avons tous des «  […] livres de poches qui jaunissent chez moi et que je ne relirai jamais. ».

 

Nous avons trouvé il y a quelques temps un site internet qui propose de rendre le partage interactif et de suivre son livre, là où il va lorsque nous le perdons de vue > http://www.bookcrossing.com/

Le site propose d’imprimer une étiquette avec un numéro d’identification unique. Lorsque vous prêtez le livre dans lequel est collée cette étiquette, l’acquéreur l’enregistre sur le site. Si chacun joue le jeu, vous pourrez savoir quel chemin a parcouru votre bouquin.

 

Concernant le numérique, la tâche est effectivement moins facile. Ha ces foutus DRM !!

Je vais éviter de parler d’Amazon, dont la stratégie commerciale, aussi efficace soit-elle, me $µ^%*/{#&|@

Mais même au-delà du géant, aujourd’hui c’est une grande question : DRM or not DRM ??

 

Pour notre part, nous avons choisi de laisser libres les ouvrages des auteurs que nous mettons en ligne. Premièrement parce que les menotter serait contraire à notre volonté de partage, et d’autre part, parce que nous ne voulons pas reproduire cette regrettable erreur dont la musique a essuyé les plâtres. Effectivement, partons du principe que, lorsque nous avons entre les mains un livre papier, nous pouvons le prêter comme bon nous semble. Ce n’empêche pas certains ouvrages de se vendre à tire larigot. Mais, d’autre part, tout simplement, en libérant les livres numériques, nous désacralisons totalement le piratage !

Et puis, pour en rajouter une couche, je vais vous dire une chose : lorsque j’achète quelque chose, il m’appartient et j’entends en faire CE QUE JE VEUX !!

 

C’est un parti pris qui peut, bien entendu, être controversé, et qui l’est d’ailleurs, mais c’est le nôtre et nous le portons bien haut.

 

Alors voilà notre message : Laissez donc les lecteurs partager aussi leurs lectures numériques !!

 

Encore merci pour cet article Bisonteint, et bonne route au livre numérique

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 15:10

Un petite histoire, juste pour le plaisir...

 

Tailleur de pierres, c'est un dur métier. Il demande le la force, de l'endurance, de la concentration et les moins résistants se voient obligés d'abandonner leur tâche.

 

Notre petit tailleur de pierre était lui bien courageux et sa persévérance le poussait à taper encore et encore contre cette montagne immense sur laquelle il travaillait. Cependant, la matinée avait déjà été longue, l'après-midi ne faisait que commencer et le soleil, à son zénith, était alors trop généreux.

 

"Ce soleil me manque bien souvent, mais aujourd'hui il est épuisant" se disait le petit tailleur de pierres.

 

Il se mit à rêver aux caprices de l'astre qui marquait de sa lumière l'heure du réveil et celui de la quille. Mais qui le réveillait, lui, le soleil ? Et comment faisait-il pour monter aussi haut ?

 

"J'aimerais être le soleil pour voir ce qui se passe de tout la haut" prononça à voix haute notre travailleur harassé.

 

Ses paroles furent entendues et d'un éclair blanc l'envieux se trouva à la place qu'il convoitait.

 

Le paysage de là-haut était bien surprenant et sa montagne tout en bas ne semblait plus si grande à présent. Heureux de donner de la lumière à chacun il brillât de toutes ses forces et de toute sa beauté. Il put faire dorer le blé, séduire les tournesols, réchauffer les cours d'eau pour le plus grand bonheur de ceux qui restaient en bas à travailler la terre et qui après leur labeur purent profiter d'un bain.

 

Son enthousiasme fût rompu lorsque quelques nuages vinrent parer ses rayons et lui cacher la vue.

 

"Les nuages ont donc un pouvoir que je n'ai pas !" se dit le petit tailleur de pierres qui envia tout à coup la légèreté et la pureté des perturbateurs.

 

"A quoi sert-il d'être le soleil si c'est pour rester derrière un rideau ? J'aimerais être nuage pour adoucir cette chaleur qui me faisait tant souffrir" et le miracle s'accomplit de nouveau.

 

Flottant au-dessus des hommes pour leur faire un peu d'ombre, au-dessus des champs pour leur donner un peu de pluie notre nuage voyageait tranquillement. Il s'amusait à changer de forme pour faire rêver les enfants qui, allongés dans un pré, y devinaient des ours, des indiens et toutes sortes d'objets.

 

C'est alors que surpris, il prit de la vitesse et commençât à se disperser. Il comprit soudain ce qui lui arrivait. Le vent s'était levé et chassait de son souffle le coton trop léger de ces nuages blancs.

 

"Me voilà maintenant incapable de contrôler ma course" se dit-il, malheureux de quitter les enfants. "Pourrais-je être le vent puisque c'est lui le plus fort ?" – Exhaussé !

 

Voilà donc notre petit tailleur de pierres sprintant au ras des herbes et des épis d'argent. Faire voler les casquettes et faire vibrer les feuilles, en voilà un loisir qui promet du bon temps. Il chassa les nuages et sécha les habits que les mamans étendaient alors qu'il distrayait leurs bambins.

 

Sa course s'arrêta net alors qu'il s'éloignait du village pour voir ce qu'il y aurait plus loin de distrayant. Un mur de pierres se dressait devant lui ne le laissant plus passer que par de rares interstices. Le barrage était si fort, si puissant, que le vent s’en trouvait bien impuissant. Il avait trouvé son maitre, la montagne le dominait.

 

« A quoi me sert-il d’être le vent si une montagne m’arrête ? Elle est si grande, si belle, j’envie sa majesté » Sa majesté il fût dans le même éclair blanc qui le changea plus tôt en un soleil brillant.

 

Bien encré dans sa terre et plus fort que tout, il résistait maintenant à tous les éléments. Autour de sa cime tournaient quelques rapaces, sur ses flancs poussait une riche végétation abritant des rongeurs et des ours géants et à ses pieds pâturaient dans une herbe bien grasse un bétail surveillé par un chien et son maitre.

 

Qu’il se sentait bien, enfin à sa place, fort, grand… rien n’aurait pu être aussi parfait jusqu’au moment où il sentit une douleur constante, une douleur qui le lance au rythme régulier d’un métronome insupportable qui, petit à petit, le creusait.

 

C’était un petit tailleur de pierre qui trimait à sa tâche, relevant et abattant sa pioche comme cravache sur le train du cheval courant en supportant le poids de son bourreau cognant tambour battant…

 

… Toujours, nous souhaitons être ce que nous ne sommes pas… à tort !

Partager cet article
Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 13:09

 

Comment animer un livre papier ?

 

Encore une fois, la culture papier nous dévoile sa puissance. Difficile de se passer de ce bon vieux bouquin, celui que l'on peut trouver dans sa bibliothèque, celui qui sent bon le papier, celui dont on peut tourner de vraies pages...

Le numérique à beau grimper et investir le marché et les foyers, il se trouvera toujours face à un géant qu'il n'est pas près de gommer.

Ca tombe bien, ce n'est pas le but !

 

Alors le bon compromis entre papier et numérique, Carrybook l'a trouvé.

 

Main dans la main avec "Le livre de Poche" d'Hachette,Carrybook propose l'édition d'une nouvelle collection de livres intégrant du contenu multimédia au livre papier.

 

Comment ?

 

Tout simplement avec des codes QR à flasher avec son Smartphone

 

Carrybook QR

 

Le concept est simple (voir Carrybook - Le concept) :

 

Le numérique au cœur du papier, c’est ce que vous propose la collection Carrybook, créée à l’initiative du Livre de Poche.

La collection vous fera redécouvrir les grands classiques du livre policier, sur les traces des détectives bien connus comme Sherlock Holmes ou Hercule Poirot. Mais au fil des pages, vous serez plongé dans une expérience de lecture enrichie, grâce aux QRcodes qui vous donneront accès à des contenus supplémentaires. Une partie de ceux-ci sera créative, illustrant l’histoire et mettant en scène les personnages pour vous immerger dans l’univers visuel et l’ambiance de l’histoire ; mais d’autres vous permettra de mieux comprendre les références de l’histoire, en vous informant sur un événement historique, en situant un lieu sur une carte ou en vous fournissant des photographies de bâtiments évoqués.

Comme tout grand lecteur, vous avez toujours un livre avec vous, dans votre poche ou dans votre sac. Vous ne vous séparez jamais non plus de votre Smartphone. Associez les deux, et vous pourrez profiter de tout le potentiel qu’offrent les livres de la collection Carrybook. Vous conservez le livre au format que vous connaissez, l’objet reste le même, mais ses possibilités sont multipliées. Grâce à votre Smartphone, vous aurez accès aux contenus immédiatement, au cours de votre lecture, et où que vous soyez.

 

Voilà la première innovation de Carrybook. Animer un livre papier !!

 

Lorsque nous lisons un livre "classique" nous devons nous contenter du texte (ce qui est largement suffisant lorsqu'on a un peu d'imagination  ). Lorsque nous lisons un livre animé, du type de Byook ou Moving Tales par exemple, nous sommes automatiquement plongés dans un univers magique et prenant.

L'intégration de codes QR à un livre au format papier a pour avantage de laisser le lecteur décider de visionner l'animation ou pas.

En revanche, sur un livre numérique interactif, si les animations sont imposées elles se glissent naturellement au fil de la lecture et ne déconcentrent pas le lecteur qui se retrouve en immersion totale. En revanche, flasher un QR code nécessite une manipulation répétitive... Peut-elle s'avérer lassante ? A confirmer. 

 

Si je vous parlais d'une première innovation, c'est qu'il y en a une seconde.

Carrybook fait fort ! Le site internet ne se contente pas de présenter la société, le concept, l'équipe ou de vendre les ouvrages au format papier ou numérique.

 

Nous nous occuperons de la production des contenus multimédias par le biais d’appels d’offres élaborés conjointement avec l’auteur et l’éditeur. Ces appels d’offres seront diffusés sur notre plateforme internet.

 

Le site carrybook.fr devient ainsi une plateforme d'affiliation sur laquelle sont proposés des appels d'offre pour les jeunes créateurs

 

Pour enrichir les livres de sa collection, Carrybook fait appel à vous. Pour chaque livre, un certain nombre de contenus créatifs sera nécessaire. Ces contenus peuvent prendre la forme d'Illustrations, Vidéos, Animations ou Musique. Ces contenus sont destinés à agrémenter les livres de la collection, et à insérer le lecteur dans une mise en scène, une situation historique et graphique.

 

C'est donc une opportunité pour les "étudiants, jeunes diplômés, collectifs, indépendants issus du domaine artistique et cherchant une visibilité et une exposition de leurs travaux... Il n'y a à priori pas de restrictions à la participation, seule la qualité du travail est importante."

 

Pour résumer, Carrybook invite les lecteurs qui ne seraient pas naturellement attirés par les nouveaux modes de lecture, et ceux qui sont déjà conquis bien évidemment, à une expérience entre deux mondes : Le papier et le numérique

Bien dans leurs baskets, en plein coeur de la tendance, à l'aise avec leur temps, les 15 compères d'adressent à la fois aux lecteurs clients et aux créateurs partenaires en leur proposant une passerelle vers l'avenir.

Un trés beau projet !

 

Peut-être avez-vous déjà eu l'occasion de tester une lecture Carrybook ? N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 18:49

Sans commentaire... à voir

 

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 20:58

ID BOOX nous livre une information, en provenance de Nielsen BookScan en Angleterre, assez originale bien que finalement peu surprenante.

 

Le roman à l'eau de rose part comme du petit pain au format numérique ! En 2009 ils représentaient 2% des ventes de livres papier... 14% au format numérique.

Les éditions Harlequin en profitent de cette tendance en augmentant leurs ventes de 73% au court du 3ème trimestre 2010, soit un chiffre d'affaire de 9.5 millions de dollars. Ils passent donc à 8% du CA total de la maison, contre 4.5% à la même période l'année dernière

 

Harlequin La captive du capitaine

 

Alors quelle est l'explication d'un tel écart ?

 

Et bien visiblement c'est notre amour propre qui entre en jeu. Il est bien plus discret de se procurer de telles lectures en téléchargement plutôt qu'en les achetant en librairie... et c'est le même constat lorsqu'il s'agit de le sortir de son sac en public.

 

Qui sait ce que monsieur Dupont est en train de lire sur son Ebook ? Pas de couverture révélatrice d'un penchant pour le roman romantique, il est possible de lire incognito. Voilà l'avantage, non négligeable, du livre numérique que démontre cette étude.

 

Ce constat nous pouvons le retrouver dans le classement des ventes d'applications Iphone/Ipod touch, catégorie Livres numériques. Aujourd'hui, si nous retrouvons en tête de liste "Grimm's Rapunzel" des ouvrages plus délicats montrent leurs atouts dès la 8ème place avec "Le Sexe Pour les Nuls", ou encore, un poil plus loin, avec "Sex Stories 18" et "Ma Soubrette en Kit 3".

 

Le prix des ouvrages est aussi mis en avant. En Angleterre, avec un prix moyen de 1£ pour ce type de lecture, les Readers ne se font pas prier.

 

Nous avons donc les clefs du succès : Les ouvrages que l'on ose pas acheter en magasin, à des prix compétitifs

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 22:52

Amazon est encore au coeur de l'actu à l'approche de ces fêtes de Noël.

 

Les différentes démarches de la firme Americaine pour mettre en avant le livre au format numérique se font remarquer (Applications mobiles, livre numérique en cadeau par mail, prêt de Ebook...) et ça marche.

 

Nous apprenons aujourd'hui que les ventes de Kindle dépassent de 60% les estimations des experts qui s'étaient penchés sur la question. L'information n'est pas confirmée par le distributeur lui-même, mais elle semble fiable, annoncée par l'agence Bloomberg.

 

Les ventes avaient atteint l'année dernière 2.4 millions de Kindle vendus et les estimations misaient sur le double cette année, soit 5 millions d'unités... et bien ils se sont trompés ! Ce sont 8 millions de Kindle qui ont été vendus en 2010, certainement aidé par la tendance Ebook de Noël (~ 1 millions/mois en fin d'année).

 

Il faut dire que cette année fût marquée par un secteur en grand mouvement. Nous avons accueilli l'Ipad, qui n'a finalement pas fait tant de mal que ça aux readers, même si les vente de Ibooks ont explosé. Puis, le Kindle 3 (avec le Wifi) est venu au secours du Kindle 2... pour un prix plus compétitif !

 

Bref, il semble que Amazon ait de belles heures de succès devant lui, et nous de belles heures de lecture. 2011 devrait être un grand cru :)

 

 

Comparatif Kindle-2 

 

 

Partager cet article
Repost0

Bienvenue

  • : BookStory.fr
  • : Boussole éditoriale, nous guidons les rencontres entre les auteurs, leurs lecteurs et les éditeurs. Si vous faites partie de l'une de ces catégories, nous vous invitons à nous rejoindre sur www.bookstory.fr
  • Contact

Nous suivre...

Rejoignez nous sur   logo facebook

 

Rejoignez nous sur   logo Twitter-copie-1

Recherche

Liens